Auteur: LEPIDI Pierre-Paul
Contact: via Facebook
Localisation: Ajaccio (Corse)

Nombre total de pages vues

vendredi 8 août 2014

Bien choisir son flash cobra...





1)- La puissance du flash

La puissance du flash est de toute évidence un critère important.

Le nombre guide d'un flash (NG) correspond à sa puissance maximale. Plus il est grand, plus le flash est puissant. Il est annoncé pour une sensibilité de 100 iso, voire 200 iso car nombre d'appareils photo démarrent aujourd'hui à cette sensibilité.





La valeur de cette puissance maximale dépend de la focale de l'objectif utilisé puisque le champ à éclairer varie. On peut constater que la valeur donnée dans les caractéristiques de ce flash Nikon SB900 est mesurée pour une focale de 35 mm:


Dans ce même tableau, on remarque également que le NG grimpe à 49,5 pour une focale de 105 mm...

Lors du choix d'un flash, attention donc de ne pas regarder uniquement le nombre guide présenté par le fabricant; la focale utilisée est toute aussi importante !!!!

Exemple:

- Nikon SB900  NG pour 100 iso: 34

- Metz 52 AF-1 NG pour 100 iso: 52

On pourrait penser de prime abord que le flash Nikon est peu puissant face au Metz. En fait, il l'est tout autant puisque Metz annonce ses NG à 105 mm:




2)- Une fonction essentielle: la synchronisation haute vitesse

Commençons par rappeler comment fonctionne l'obturateur d'un appareil photo.

La plupart des appareils photo à objectifs interchangeables, reflex ou hybrides, sont dotés d'un obturateur plan focal, encore appelé obturateur à rideaux.

Il existe des rideaux à défilement horizontal et des rideaux à défilement vertical. On prendra ici l'exemple de rideaux à défilement horizontal, le principe de fonctionnement étant identique aux deux types de défilement.

L'obturateur plan focal est ainsi constitué de deux rideaux que l'on peut comparer à des stores coulissants:

- le premier commande l'ouverture. On peut imaginer un store que l'on enroule pour laisser passer la lumière:



- le second commande la fermeture. On peut imaginer un store que l'on déroule pour arrêter le passage de la lumière:



L'exposition est le résultat du balayage de la surface photosensible (capteur, pellicule) par la fenêtre de lumière comprise entre les deux rideaux coulissants (partie grise dans les schémas ci-dessus).

Lorsque la vitesse est relativement lente, le premier rideau dévoile l'intégralité de la surface photosensible avant que le deuxième ne se ferme. Mais lorsque la vitesse dépasse un certain seuil, le deuxième rideau commence à se fermer avant que le premier ait totalement dévoilé la surface photosensible. C'est le cas dans l'exemple ci-dessus.

L'éclair du flash étant particulièrement bref, il est indispensable de le déclencher lorsque la surface photosensible est totalement découverte. Dans le cas contraire, il n'éclairera que la fente comprise entre les deux rideaux...

On comprend dès lors que l'appareil photo bride la vitesse lorsque l'on utilise le flash. Ce seuil de vitesse correspond à ce que l'on appelle "la vitesse de synchronisation du flash", souvent 1/250 s sur les appareils actuels.



Le problème de cette limitation de vitesse se pose lorsque l'on souhaite utiliser le flash en extérieur, par temps ensoleillé pour déboucher des ombres disgracieuses sur un visage, ou bien pour gérer un contre-jour.


Un exemple concret

On souhaite réaliser un portrait. Le diaphragme est ouvert au maximum pour flouter l'arrière-plan. La vitesse est donc forcément élevée dans les conditions décrites.

Si l'on sort le flash intégré de l'appareil, on se rend compte que l'appareil rabaisse automatiquement la vitesse jusqu'à 1/250s, limite de la synchronisation. Il signale également que la valeur de l'ouverture choisie n'est plus compatible avec cette vitesse pour une exposition correcte.

Dans ce cas, soit on accepte de réduire l'ouverture du diaphragme (franchement pas top pour un portrait…), soit on utilise certains flashes cobra, qui permettront de contourner la limitation de vitesse de synchronisation.

Pour cela, il faudra faire l'acquisition d'un flash à synchronisation haute vitesse (fonction HSS ou FP). 

Dans ce cas, le flash se déclenche à n'importe quelle vitesse d'obturation, ignorant la limite de synchronisation. Il émet alors une séquence continue d'éclairs de faible intensité, séquence d'une durée supérieure à la normale.

Si la durée étendue du flash permet de synchroniser l'appareil à des vitesses très rapides, la portée et l'intensité du flash sont de fait un peu réduites.

Si l'on considère par exemple la gamme de flashes Metz, seuls 3 disposent de cette fonction. Il s'agit des versions 52 AF-1, 58 AF-2 et du tout dernier 64 AF-1:




Les Metz 58 AF-2

... ... ... ... 



Les Metz 52 AF-1

... ... ... ...

Accueil & autres news: PHOTOBLOGUE

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire