Auteur: LEPIDI Pierre-Paul
Contact: via Facebook
Localisation: Ajaccio (Corse)

Nombre total de pages vues

mardi 22 octobre 2013

Test du Fuji X100S (partie 2)


Olympus OM-D


 ---------------------------------------

Rappel

Partie 1:   "les caractéristiques techniques, où acheter le Fuji X100S ?, les premières impressions au déballage"



 ---------------------------------------



Après avoir vu les caractéristiques techniques du Fuji X100S et donné les premières impressions au déballage, allumons l'appareil !


1)- Un coup d’œil dans les menus:

Lorsque l'on prend en mains pour la première fois un appareil, un passage par les menus est obligatoire afin de le paramétrer à sa convenance. Les menus du Fuji X100S sont peu nombreux et particulièrement clairs. C'est loin d'être le cas chez tous les concurrents... Bravo Fuji !




Comme sur chacun de mes appareils, je commence toujours par désactiver tous les sons pour gagner en discrétion et en autonomie:




Autre réglage qui me semble particulièrement important sur ce Fuji: l'accès rapide au filtre ND !

Le Fuji X100S est en effet pourvu d'un obturateur central intégré à l'objectif. De faible encombrement, il assure un déclenchement plus discret qu'un obturateur plan focal et réduit les vibrations. À son désavantage, la vitesse d'obturation dépend de l'ouverture du diaphragme sélectionnée... Concrètement, il est impossible d'atteindre le 1/4000 s à pleine ouverture; à f/2, la vitesse maximale atteint seulement le 1/1000 s. Le tableau ci-dessous, extrait de la notice, récapitule les vitesses autorisées:


Avec un appareil à grand capteur APS-C, il est bien évidemment tentant de vouloir jouer sur les flous d'arrière-plan en ouvrant au maximum le diaphragme. L'obturateur central impose de la vigilance sous peine de surexposition des photos !

Le Fuji X100S indique la surexposition en changeant simplement la couleur de la vitesse qui passe du bleu au rouge:


Bien visible sur l'écran ou dans le viseur électronique (EVF), ce changement de couleur l'est un peu moins dans le viseur optique (OVF). J'ai d'ailleurs été piégé deux fois pendant l'essai tout en étant conscient des limitations de l'obturateur central et en m'étant promis d'être attentif...

Une meilleure signalisation de la surexposition me semble donc indispensable: vitesse qui clignote en plus du changement de couleur, apparition d'une petite icône au milieu de l'écran comme sur le Ricoh GXR dont les modules APS-C 28 mm et 50 mm sont également construits autour d'un obturateur central.


Afin de contourner cette limitation de vitesse, le Fuji X100S dispose d'un filtre ND intégré activable dans les menus. Il s'agit d'un filtre de densité neutre de type NDx8 / ND.9 (temps de pose multiplié par 8 / assombrissement de 9 tiers de stop = 3 stops) qui permet d'utiliser le X100 à f/2 lorsque la lumière est assez forte. 

Pour un accès rapide au filtre ND, j'ai choisi d'attribuer son activation/désactivation à la touche Fn, située près du déclencheur. Un réglage bien pratique !









Seules les configurations du son et filtre ND m'ont paru essentielles. Pour le reste, la touche Q autorise un accès rapide à tous les réglages de prise de vue sous la forme d'un panneau:







Au final, je n'ai dû recourir à la notice que deux fois: la première pour changer la taille du collimateur central, la deuxième pour utiliser le mode panorama par balayage. Deux points sur lesquels on reviendra.


2)- La visée:

Avec le X Pro 1, Fuji avait fait grand bruit en produisant le premier viseur hybride OVF/EVF. On passe de l'un à l'autre à volonté en actionnant un pratique petit levier situé à l'avant de l'appareil:





On oubliera le viseur électronique (EVF), très moyen, et donc loin de ce que propose la concurrence. En mode macro, l'appareil passe en toute logique et automatiquement en mode EVF car la parallaxe optique liée au décalage entre l'axe de prise de vue de l'objectif et l'axe du viseur ne peut être suffisamment corrigée.

Quant au viseur optique (OVF), il est très bon, avec un dégagement oculaire convenable pour les bésiclards. Il affiche les principales informations: excellent point ! On notera que la parallaxe est compensée par un indispensable re-positionnement du cadre de visée et du collimateur central:





3)- La mise au point:

Qu'en est-il de la vitesse de l'AF ?

Le talon d'Achille du Fuji X100 était son AF. Son successeur a été flanqué d'un prometteur "S" pour "Speed"...

Dans les faits, quel que soit le réglage choisi, si la vitesse de l'AF est convenable par forte luminosité, elle devient insuffisante quand la lumière vient à manquer

À noter que Fuji aurait fait des progrès significatifs dans ce domaine avec leur tout dernier X-E2 (à vérifier bien évidemment...).


Par ailleurs, quelles que soient les conditions de lumière, j'ai pu remarquer que le collimateur de mon exemplaire doit être positionné avec la plus grande précaution sur le sujet pour éviter que la mise au point ne se fasse derrière. Parfois, il suffit qu'une petite portion du collimateur ne soit pas sur le sujet pour rater la MAP. Étrange...

Le problème a été définitivement réglé en amenant le collimateur à sa taille minimale:





La mise au point manuelle est-elle aisée ?

Le Fuji X100S dispose d'une très agréable bague de mise au point manuelle (non mécanique) ainsi que d'une précieuse assistance de recherche du point.




Deux options sont possibles, toutes deux également efficaces:




PIC HTE LUM. M. AP. : mise en relief de la zone de netteté. On tourne la bague de mise au point jusqu’à ce que la zone de netteté soit mise en relief par une surbrillance de couleur blanche. 

DIVISER NUM. IMAGE : affichage d'une image divisée en noir et blanc au centre du cadre. On cadre le sujet dans la zone de l'image divisée et on tourne la bague de mise au point jusqu'à ce que les trois parties de l'image divisée soient alignées correctement.


NB: si "oui" est sélectionné pour "MF vérification AF", il suffit de tourner la bague de mise au point pour grossir automatiquement l'image du viseur électronique ou de l'écran LCD afin de permettre une mise au point précise. Pour faire défiler les autres zones de l'image, il faut alors appuyer sur la touche AF et tourner la molette de commande. 






Revenir à l'accueil: http://lepidi-photo.blogspot.fr/


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire