Auteur / Autori : LEPIDI Pierre-Paul
Localisation / Lucalizazioni : Corse / Corsica
Matériel / Apparechji : Olympus OM-D & Ricoh GR III
Contact via les commentaires / Missaghji vìa i cummenti

Nombre total de pages vues

samedi 28 janvier 2012

L'utilisation de l'échelle de profondeur de champ


Partie 1: comprendre ce qu'est la profondeur de champ

Tout d'abord, commençons par une définition de la profondeur de champ :

la profondeur de champ correspond à la zone de netteté s'étendant à l'avant et à l'arrière du sujet sur lequel la mise au point a été effectuée.


Pour un appareil photo et une optique fixe donnés, elle dépend uniquement de 2 facteurs: l'ouverture du diaphragme et la distance appareil-sujet.

L'ouverture du diaphragme :

Les deux photos suivantes ont été prises avec un Ricoh GXR + 50 mm, celle du haut à pleine ouverture f/2.5, celle du bas à faible ouverture f/22 (on rappelle que plus le nombre est grand, plus l'ouverture est faible).

Il est facile de constater que plus le diaphragme est fermé plus la profondeur de champ est importante. 


La distance appareil photo-sujet :

Les deux photos suivantes ont été prises avec le même couple Ricoh GXR + 50 mm, à ouverture f/5.6, à des distances différentes du sujet (la première poupée).


Le constat est là-encore des plus faciles: plus la distance appareil-sujet est grande, plus la profondeur de champ est importante.



Partie 2: utiliser une échelle de profondeur de champ

De nos jours, peu d'objectifs, même haut de gamme, incluent une échelle de profondeur de champ. Elle permet pourtant de prendre une photo instantanément en s'affranchissant de toute mise au point, manuelle ou AF. La composition devient dès lors la seule préoccupation du photographe.

Exemples d'objectifs présentant une échelle de profondeur de champ (parfois succincte...):


L'Olympus M. zuiko digital ED 12 mm f/2 


Le Pentax DA 70 mm f/2.4 Limited

Le Leica M 35 mm Summilux f/1.4


Principe d'utilisation de l'échelle de profondeur de champ:

Nous avons vu que, pour un même appareil et une même optique fixe, la profondeur de champ dépend de 2 facteurs: l'ouverture du diaphragme et la distance au sujet. Ainsi, pour chaque couple ouverture/distance choisi par le photographe, l'échelle présente sur l'objectif permettra d'estimer la profondeur de champ.

Dans l'exemple suivant, la distance est indiquée en pieds (feet) sur l'objectif, un pied étant égal à 0,3048 mètres. Il s'agit d'un Leica 50 mm en monture M:




En tournant la bague des distances, positionnons par exemple le 4 en face du repère afin de choisir une distance de 4 feet correspondant à 1,20 mètres environ:

Choisissons ensuite une ouverture du diaphragme, par exemple f/8. Il est alors possible d'évaluer la profondeur de champ en lisant la distance comprise entre les deux 8 inscrits sur l'échelle:


Ainsi, avec une distance réglée sur 4 pieds (1,20 m) et une ouverture à f/8, la zone de netteté s'étendra seulement de 3,6 à 4,5 pieds (flèche bleue) c'est-à-dire de 1,10 à 1,40 mètres.


Choisissons maintenant une distance de 15 feet équivalente à 4,57 mètres et une ouverture à f/11:


En fermant ainsi le diaphragme et en allongeant la distance au sujet, la profondeur de champ augmente de manière significative. Avec ces paramètres, tout sera net sur la photo de 9,5 à 40 pieds c'est-à-dire de 2,90 à 12,20 mètres.

On reviendra dans un prochain billet sur certaines valeurs remarquables avec la notion d'hyperfocale.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Sympa de rappeler ce principe, malheureusement pas mal d'objectifs actuels n'ont plus ces petits infos dessus, y compris le X100 et a priori les objectifs du X-Pro1, bien dommage pour la photo de rue AMHA.